CatĂ©gorie :
« RĂ©flexions / Questionnements »

“Dans l’Atelier du Compositeur” & “Sculpteur de Notes”

CatĂ©gorie :
« RĂ©flexions / Questionnements »

Nombre total de billets publiĂ©s dans cette catĂ©gorie : 8 billets
Petit précis de la dédicace
mardi 8 juillet 2014 Ă  11:45, par Alexis SAVELIEF, dans Dans l’atelier du compositeur, RĂ©flexions / Questionnements

I. Un seul terme, de multiples significations — confusion du terrain d’application

La langue française comporte malheureusement le mĂȘme terme, « dĂ©dicace », pour deux situations trĂšs diffĂ©rentes. Nous allons essayer de dĂ©gager quelques grandes lignes de cette idĂ©e de dĂ©dicace.

1. Les dédicaces opportunistes

On parle de dĂ©dicace lorsqu’une personne demande Ă  ce que l’on passe une chanson « en dĂ©dicace à » quelqu’un Ă  la radio ou dans une soirĂ©e. On parle aussi de dĂ©dicace lorsqu’une personne offre un ouvrage Ă  un proche et Ă©crit un petit mot amical sur la page de garde. On parle Ă©galement de dĂ©

lire la suite â–ș
Mots et musique : contradictions, paradoxe et inconciliabilité

Le problĂšme des mots tient Ă  leur relativitĂ©. Lorsque vous parlez de sentiments ou d’émotions, il y a toujours incomprĂ©hension. Impossible de trouver le juste milieu, entre la froideur insupportable et l’émotion dĂ©goulinante, qui, verbalisĂ©e, manque de nuances. C’est un peu ce dont parle Roland Barthes Ă  Écriture dans ses Fragments d’un discours amoureux. C’est tout l’intĂ©rĂȘt de la musique.

Pour autant, la musique n’est pas un langage universel. S’il est vrai que les sons nous affectent tous, quand bien mĂȘme nous serions sourds, de par les vibrations dont ils sont composĂ©s, et s’il est vrai qu...

lire la suite â–ș
“Ô miroir, mon beau miroir !” À propos des notices d’Ɠuvres


Du travail et de la discrétion :

Travaillez beaucoup. Mais ne le montrez pas. Ne vous en cachez pas, faites seulement preuve de discrĂ©tion. Si l’on vous pose des questions Ă  ce sujet, rĂ©pondez honnĂȘtement sans en rajouter ni minimiser, mais ne faites jamais remarquer tout le travail impliquĂ© (ceci est valable pour le cĂŽtĂ© artistique, pas commercial, donc ne s’applique pas aux nĂ©gociations de contrat). Donnez l’impression par votre discrĂ©tion que la maĂźtrise, que vous avez acquise, est la chose la plus naturelle au monde et que nul travail n’entrave la spontanĂ©itĂ© de l’instant.

Un musicien qui ...

lire la suite â–ș
De l’Art et de la technologie : quel rapport Ă  la crĂ©ativité ?
mercredi 7 mai 2014 Ă  11:11, par Alexis SAVELIEF, dans CrĂ©ativitĂ© musicale, Dans l’atelier du compositeur, RĂ©flexions / Questionnements

Dans un monde oĂč nous aurions percĂ© les secrets des connexions neuronales ; dans un monde oĂč la technologie aurait tellement progressĂ© qu’il nous suffirait de nous connecter en wifi Ă  notre propre cerveau ; dans un monde oĂč la puissance de calcul des ordinateurs serait capable de rivaliser avec le dĂ©bit colossal des donnĂ©es cĂ©rĂ©brales. Écartons les problĂšmes Ă©thiques et les dĂ©rives inĂ©vitables de cette technologie ; rĂ©pondons juste “cela dĂ©pend”.

La question Ă©tait : Quelle serait la place de l’art ?

ProblÚmes :

  • interfaçage
  • logiciels capables de capturer tout le flux de pensĂ©es (masse Ă©norme !...

lire la suite â–ș
RĂ©flexion : De la maniĂšre d’enseigner l’orchestration — deux axes

Cela fait longtemps que je n’ai pas publiĂ© un vrai article, alors voici un petit sujet polĂ©mique


Dans les classes d’orchestration et de composition, on peut observer un phĂ©nomĂšne semble-t-il fort rĂ©pandu : on commence par faire orchestrer/composer aux Ă©lĂšves des piĂšces pour un petit effectif, souvent seulement quelques musiciens. Progressivement, au fil des devoirs, l’effectif devient plus fourni.

Cette façon de procĂ©der m’a toujours semblĂ© logique quelque part, et pourtant je ne suis pas certain que je n’essaierais pas l’inverse de temps Ă  autres s’il m’en Ă©tait donnĂ© l’occasion.

I. De petit...

lire la suite â–ș

Question (non-)existentielle : “Composer”, ou la quĂȘte de l’identitĂ©
jeudi 30 dĂ©cembre 2010 Ă  15:16, par Alexis SAVELIEF, dans Dans l’atelier du compositeur, RĂ©flexions / Questionnements

L’une des choses les plus importantes pour un compositeur est Ă  mon sens de ne pas se laisser Ă©tiqueter. La question que tout le monde vous pose lorsqu’ils apprennent que vous ĂȘtes compositeur : Comment dĂ©finiriez-vous votre style ? (avec le tutoiement en sus, la plupart du temps) et toutes les variations associĂ©es. Question piĂšge s’il en est, et sans intĂ©rĂȘt de surcroĂźt.

Un compositeur devrait d’abord ĂȘtre un artisan avant d’ĂȘtre un artiste, et faire son travail du mieux qu’il le peut, avec toute l’honnĂȘtetĂ© technique puis artistique dont il est capable. Pour le reste, rares sont les composit...

lire la suite â–ș
Musique de film dans les années 30 / musique de film aujourd'hui
dimanche 10 janvier 2010 Ă  11:33, par Alexis SAVELIEF, dans CinĂ©ma, Musique de film / musique Ă  l’image, RĂ©flexions / Questionnements

Les films de série B des années 30-40, produits par le petit studio Universal, étaient soigneusement mis en musique par le département musique du studio.

Prenez quelques minutes (ou plus) pour visiter le site de Naxos, et Ă©coutez les aperçus de quelques-uns des titres tirĂ©s des musiques de film d’horreur d’antan
 Aaah ! Nostalgie


La qualitĂ© de la plupart de ces musiques ne peut que faire blĂȘmir. MĂȘme ces films de sĂ©rie de seconde zone Ă©taient considĂ©rĂ©s avec le savoir-faire qui s’imposait : pas de chef-d’Ɠuvre, certes, pas d’orchestration “novatrice”, des parties de harpe assez amĂ©ricaines, m...

lire la suite â–ș
Vieux films et bonnes histoires / Films contemporains et effets spéciaux
samedi 14 novembre 2009 à 19:05, par Alexis SAVELIEF, dans Cinéma, Réflexions / Questionnements

Sans aller jusqu’à emprunter la premiĂšre rĂ©plique du film OpĂ©ration Espadon, prononcĂ©e par John Travolta : “Le problĂšme Ă  Hollywood, c’est qu’on y fait de la merde”, je constate malheureusement, et de plus en plus souvent, que les bonnes histoires, bien racontĂ©es, avec un rythme appropriĂ©, se font rares au cinĂ©ma.

Certes, les vieux films sont en noir et blanc, ou en couleurs qui bavent un peu, mais lorsque la technique limitait les possibilités, les réalisateurs et scénaristes savaient donner du rythme à leurs films, raconter une bonne histoire en 1h30. Les acteurs et actrices savaient jouer, ...

lire la suite â–ș