“Trois Pièces de Musique à l’Encre Fraîche”

pour orchestre ou ensemble de cordes

stylo plume sur cahier marbré de papeterie florentine
“Trois Pièces de Musique à l’Encre Fraîche”
pour orchestre ou ensemble de cordes
AS #4-2010
Informations

Année de composition : 2010

Durée : 7’

Nomenclature (effectif minimum) : 4 Vl. I / 5 Vl. II / 2 A. / 4 Vlc. / 1 Ctb.

Écouter
Présentation

Depuis 2006, le projet de “Musiques à l’Encre Fraîche”, initié par le conservatoire de Persan et soutenu par l’ARIAM Île-de-France, se donne pour mission de mettre en valeur la création musicale en commandant des pièces à de jeunes compositeurs des classes de composition d’Île-de-France, spécifiquement pour des ensembles de musiciens amateurs, afin de développer un répertoire pour les pratiques amateurs et ouvrir ainsi la création à un nouveau public, qui ne demande qu’à être conquis.

Ma création s’intitule “Trois Pièces de Musique à l’Encre Fraîche”, pour rendre hommage à cette initiative bienvenue. J’ai travaillé avec le conservatoire de Malakoff et son ensemble à cordes Altaïr (fin de 2è Cycle), tous deux dirigés par Jean-Yves Altenburger.

Cette œuvre se décompose en trois mouvements : dans le premier, je présente une mélodie, jamais développée à proprement parler, mais accompagnée différemment à chaque nouvelle occurrence, ce qui change par là-même la perception que nous avons de cette mélodie au fil du temps. J’ai axé le deuxième mouvement, quant à lui, principalement sur les modes de jeu, ainsi que sur des intervalles de quartes justes, quartes augmentées et quintes justes. Il s’agit surtout d’un mouvement d’atmosphère. Le dernier mouvement, très court, est une sorte de petite coda, qui n’a pour vocation première que de clore le cycle.

Tout au long de cette œuvre, j’ai tenté d’articuler mes idées musicales autour d’un travail ludique pour les musiciens interprètes, afin de rendre accessible aux musiciens amateurs les effets et les modes de jeu des instruments à cordes frottées, et les encourager ainsi à ouvrir leurs horizons et leur conception du timbre et du son, au-delà du « beau » son enseigné dans les classes d’instruments des cursus traditionnels de conservatoire.

Alexis Savelief
Vous avez aimé cette œuvre ?
Découvrez maintenant “Échos Argentés” de Alexis Savelief, pour octuor de violoncelles !