Le cinĂ©-concert “Nosferatu, Une Symphonie de l’Horreur” Ă  l’OpĂ©ra de Rennes avec l’OSB et 2e2m

Blog “Dans l’Atelier du Compositeur” & “Sculpteur de Notes”

Le cinĂ©-concert “Nosferatu, Une Symphonie de l’Horreur” Ă  l’OpĂ©ra de Rennes avec l’OSB et 2e2m

jeudi 18 fĂ©vrier 2016 Ă  20:17, par Alexis SAVELIEF, dans ActualitĂ©s / Annonces, CinĂ©ma, Concerts passĂ©s & Ă  venir — ⏱ 2 min.

Quelle bonne surprise aujourd’hui, en dĂ©couvrant l’élogieuse critique qu’a rĂ©digĂ©e Unidivers de mon cinĂ©-concert “Nosferatu, Une Symphonie de l’Horreur”, sur le film muet emblĂ©matique de Friedrich Wilhelm Murnau !

“La musique composĂ©e par Alexis Savelief crĂ©e un paysage imaginaire et onirique d’une qualitĂ© exceptionnelle.” — Thierry Martin pour Unidivers

En effet, il y a quelques jours, le 13 fĂ©vrier dernier pour ĂȘtre prĂ©cis, j’étais Ă  Rennes Ă  l’Orchestre Symphonique de Bretagne (OSB), pour la reprĂ©sentation de mon cinĂ©-concert “Nosferatu”, par l’OSB et des musiciens de l’ensemble 2e2m, dirigĂ©s par Pierre Roullier. Ce dernier commence Ă  ĂȘtre un habituĂ© de ce cinĂ©-concert !

Les rĂ©pĂ©titions se sont bien passĂ©es, les musiciens Ă©taient excellents, et le chef, Pierre royal comme Ă  son habitude. Lors de la GĂ©nĂ©rale, dans les toutes derniĂšres minutes du film, prĂ©cisĂ©ment Ă  l’instant oĂč le comte Orlok se dissout en poussiĂšre, sous les premiers rayons du soleil matinal au chant du coq, l’image s’est figĂ©e sur l’écran, et Nosferatu ne s’est finalement jamais transformĂ© en poussiĂšre — le hic ! (J’ai mĂȘme la vidĂ©o de ce couac !) Belle frayeur pour moi
 Mais Pierre, placide, imperturbable, a continuĂ© Ă  battre la musique, Ă  tel point que les musiciens ne se sont aperçus de rien !

Bien entendu, dĂšs la rĂ©pĂ©tition terminĂ©e, nous avons menĂ© de nouveaux tests de projection, afin d’éviter de nouveaux problĂšmes et de mauvaises surprises comme celle-lĂ . Par miracle, tout s’est bien passĂ© au concert, le film s’est bien dĂ©roulĂ© jusqu’au bout ! Ouf ! J’ai eu chaud


MalgrĂ© le jour de la semaine (un samedi), malgrĂ© le fait que le concert soit tombĂ© en plein milieu des vacances de la zone scolaire d’ici (zone B), l’OpĂ©ra Ă©tait comble — à tel point que je n’ai pu obtenir qu’une seule invitation, juste une pour moi ! J’ai Ă©galement eu grand plaisir Ă  constater, avec une heureuse surprise, que le public Ă©tait vraiment de tous les Ăąges (j’ai vu des enfants de 9-10 ans comme des personnes ĂągĂ©es, en passant par des Ă©tudiants, nombreux aussi), et de catĂ©gories socio-professionnelles beaucoup plus mixtes que d’habitude dans ce genre de lieux.

Évidemment, tout ce monde venait pour Murnau, pour le comte Orlok, et plus largement, pour le mythe du vampire, et non pour ma musique ! Il n’empĂȘche que c’est toujours plaisant de constater, ou plutĂŽt de se voir rappeler, qu’il existe aujourd’hui encore, un public pour du cinĂ©ma en noir et blanc, sans son, et sans effets faciles. Ce fut pour moi une belle constatation.

Voici quelques photos que j’ai prises pendant les rĂ©pĂ©titions de “Nosferatu” Ă  l’OpĂ©ra de Rennes.

Le cinĂ©-concert “Nosferatu, Une Symphonie de l’Horreur” Ă  l’OpĂ©ra de Rennes, avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne & l’ensemble 2e2m

Le cinĂ©-concert “Nosferatu, Une Symphonie de l’Horreur” Ă  l’OpĂ©ra de Rennes, avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne & l’ensemble 2e2m