Quelques remarques sur la “Symphonie n°3” de Gustav Mahler

Blog “Dans l’Atelier du Compositeur” & “Sculpteur de Notes”

Quelques remarques sur la “Symphonie n°3” de Gustav Mahler

mardi 22 dĂ©cembre 2009 Ă  16:53, par Alexis SAVELIEF, dans Composition musicale, Dans l’atelier du compositeur, Instrumentation & Orchestration, Orchestration — ⏱ 4 min.

Depuis le temps que j’en parlais, je prends enfin le temps de rĂ©diger un article sur la 3Ăš Symphonie de Gustav Mahler !

Cette symphonie, la plus longue de son auteur (prĂšs d’une heure trois quarts !), rebute parfois de par ses proportions. Pourtant, se pencher sur cette partition apporte assurĂ©ment une dĂ©couverte de la richesse musicale et orchestrationnelle de Mahler, tout autant qu’une Ă©motion trĂšs intense. Bien que Mahler ne livre pas de programme particulier avec cette Symphonie, il s’agit d’une Ă©vocation de la CrĂ©ation. À l’origine, un septiĂšme mouvement devait conclure la Symphonie, mais servit de mouvement final Ă  la symphonie suivante, la Symphonie n°4, d’oĂč une ressemblance thĂ©matique importante


Divisée en deux parties trÚs inégales en durée, la Symphonie n°3 est composée de six mouvements : la premiÚre partie est composée du seul premier mouvement (plus de trente minutes !), tandis que la deuxiÚme partie englobe les cinq autres.


Je voudrais vous présenter en particulier le 5Ú mouvement, le plus court (moins de cinq minutes), et le plus accessible de tous.

Voici d’abord la vidĂ©o, que vous pouvez trouver sur YouTube :

Il serait vain, bien entendu, d’avoir la prĂ©tention d’exhaustivitĂ©, aussi vais-je me contenter de pointer du doigt quelques pistes, laissant le reste Ă  votre discrĂ©tion.

Tout d’abord, il convient de remarquer que ce mouvement fait appel Ă  deux chƓurs : un chƓur d’enfants et un chƓur de femmes, symbolisant les anges (ci-dessous “le chƓur” dĂ©signe les deux). En concert, ils doivent patienter une heure quarante pour chanter moins de cinq minutes, mais ces quelques pages le valent bien.

Vous noterez ensuite que les violons ne jouent pas une note durant tout ce mouvement !

Tout le long du morceau, le chƓur imite les cloches (“bimm”, “bamm”), avec prĂ©cisĂ©ment de nombreuses doublures aux cloches tubulaires et au jeu de timbres.

On distingue tout au long du mouvement, la plupart du temps superposés dans des jeux de fugato, le motif bimm-bamm, le motif introduit par les flûtes et clarinettes en levée de la mesure trois, dérivé plus tard en sorte de rupture (chiffre 4), et surtout un motif plus rythmique et fort joyeux en staccato présenté à la mesure 3 par la clarinette base et les bassons.

AprĂšs la prĂ©sentation des Ă©lĂ©ments, Mahler commence Ă  les dĂ©velopper, jusqu’au chiffre 3, oĂč le discours est interrompu par les violoncelles et altos, chantĂ©s, nuançant l’entrain initial.

La suite de cette section continue les opposition et les ruptures : trois clarinettes Ă  l’unisson (quel timbre magnifique !) partant du grave de leur registre, introduisent un Ă©lĂ©ment en doubles-croches ascendantes, accompagnĂ©es par des cors staccato, menant Ă  une interruption des hautbois assortis de petites notes, sfz et diminuendo.

À 4, nouvelle rupture, puis reprise du motif des cloches bimm-bamm et de l’ostinato rythmique, avant d’arriver au chiffre 5 (reprenant Ă  peu prĂšs le structure de la cinquiĂšme mesure de 3 au chiffre 5), oĂč le motif en doubles-croches ascendantes prĂ©cĂ©demment exposĂ© par les clarinettes est de retour, dans l’aigu, par les flĂ»tes.

Prenez le temps de vous attarder un peu sur l’orchestration de la deuxiùme mesure du chiffre 5 :

Notez la contrebasse solo avec sourdine, doublĂ©e par deux cors bouchĂ©s, le contrebasson dans l’aigu, la clarinette basse, et trois clarinettes Ă  l’unisson dans le grave ! Ces timbres extrĂȘmes, riches et inhabituels, forment un “timbre global” tout simplement magnifique !

De nouveau, dialogue des hautbois (avec des rondes fp Ă  deux trompettes en fa avec sourdine, pour souligner les accents et aciduler davantage encore le timbre global), de nouveau rupture, de nouveau les motifs initiaux reprennent le dessus, dans un crescendo important et agitĂ©, jusqu’au retour, au chiffre 7, aux violoncelles doublĂ©s par deux cors, de l’élĂ©ment plus mĂ©lancolique introduit Ă  3.

Les Ă©lĂ©ments initiaux sont ensuite encore dĂ©veloppĂ©s, avant d’arriver au chiffre 10, oĂč bois et cors annoncent la coda. AprĂšs cette sorte de “fanfare” finale rĂ©capitulative, les bimm-bamm reprennent le dessus, Ă©maillĂ©s de l’ostinato rythmique, et le mouvement se dissout ainsi, avant d’enchaĂźner au dernier mouvement.

Passez lĂ -aussi un peu de temps Ă  dĂ©tailler l’orchestration de ces mesures finales :

Les bimm-bamm du chƓur (moitiĂ© en blanches, moitiĂ© en rondes, pour donner un effet de rĂ©sonances, et de balancier). Du cĂŽtĂ© des attaques, nous trouvons ensuite le jeu de timbres, le triangle, et les harpes, ainsi que trois bassons, cor anglais, trois hautbois, et quatre piccolos dans le grave (!), en rondes avec fp. Les violoncelles, rejoints peu aprĂšs par les altos, jouent quant Ă  eux des harmoniques artificielles, ajoutant une sonoritĂ© flĂ»tĂ©e trĂšs claire et douce, mais assez puissante pour colorer les bois et les attaques de jeu de timbres, de triangle et des harpes. À la toute fin, les rondes prĂ©dominent, pour estomper le mouvement de balancier, et les harpes jouent en harmoniques leurs derniĂšres mesures.

L’ostinato rythmique passe quant à lui de trois cors à une trompette, puis à deux hautbois et deux clarinettes, avant de rester seulement à la clarinette et disparaütre totalement.

Enfin, afin de savourer la richesse harmonique de Mahler et d’avoir le plaisir de la sentir tactilement sous vos doigts, de la goĂ»ter, j’ai rĂ©duit pour piano deux passages de ce cinquiĂšme mouvement : quelques mesures aprĂšs le chiffre 3 puis au chiffre 5. Au piano, la richesse musicale est dĂ©jĂ  manifeste, ajoutez Ă  cela une remarquable orchestration, et la magie de la musique est au rendez-vous ! (si vous ĂȘtes au concert, et si vous jouez dans l’orchestre, c’est encore mieux !)

â–ș Extraits du cinquiĂšme mouvement rĂ©duits pour piano ◄


En bonus, je vous propose aussi la rĂ©duction pour piano du dĂ©but du sixiĂšme mouvement (jusqu’au chiffre 4).