Fiche de lecture : “The Art of Music Engraving & Processing”, de Ted Ross

Blog “Dans l’Atelier du Compositeur” & “Sculpteur de Notes”

Fiche de lecture : “The Art of Music Engraving & Processing”, de Ted Ross

vendredi 13 fĂ©vrier 2015 Ă  17:32, par Alexis SAVELIEF, dans Copie musicale, Fiches de lecture, Gravure musicale, Notation musicale, PrĂ©paration musicale, Sculpteur de notes — ⏱ 4 min.

Henle, plaque de gravure musicale

Il y a quelques annĂ©es, j’ai Ă©voquĂ© le livre d’Elaine Gould Behind Bars, consacrĂ© Ă  la notation et aux bonnes pratiques de gravure et de copie musicale.

Aujourd’hui, je parle du livre de rĂ©fĂ©rence, celui qui a prĂ©cĂ©dĂ© tous les autres : The Art of Music Engraving & Processing, de Ted Ross. PubliĂ© pour la derniĂšre fois en 1987, le livre n’est plus trouvable de nos jours que sous forme numĂ©rique. Les personnes souhaitant lire la version papier doivent donc se tourner vers des copies de seconde main.

C’est bien dommage, car malgrĂ© les indĂ©niables qualitĂ©s du livre d’Elaine Gould, trĂšs complet, je trouve le texte de Ted Ross extrĂȘmement clair et prĂ©cis, pour toutes les bases de la gravure musicale. Le livre est plus accessible pour une premiĂšre lecture, et contient de nombreux graphiques rĂ©capitulatifs, qui donnent d’un coup d’Ɠil la solution Ă  certains problĂšmes prĂ©cis. Ici, je pense notamment aux pages illustrant Ă  peu prĂšs tous les angles de ligatures possibles entre deux notes, idĂ©al pour s’y rĂ©fĂ©rer dĂšs que besoin.

Couverture du livre de Ted Ross, “The Art of Music Engraving & Processing”

Mais la force de cet ouvrage réside dans deux points-clés :

  • D’abord, l’auteur consacre un chapitre Ă  toute l’histoire de la gravure musicale, commençant par l’imprimerie, jusqu’à la gravure sur plaque, en passant par la copie Ă  la main, la copie avec les feuilles de transfert par “dĂ©calcomanie”, et mĂȘme les innovations de l’époque : les machines Ă  Ă©crire la musique ! Ce travail d’exposition sur les diffĂ©rentes techniques, bien avant la popularisation de l’ordinateur, est important pour bien comprendre la philosophie de la notation musicale et la prĂ©paration correcte de partitions.

  • D’autre part, puisque l’auteur lui-mĂȘme gravait des plaques de musique et utilisait d’autres procĂ©dĂ©s de prĂ©paration, il donne des solutions pratiques et concrĂštes pour dĂ©terminer l’espacement vertical des portĂ©es, l’espacement horizontal de la musique, et mille dĂ©tails sur le placement correct de tous les Ă©lĂ©ments musicaux prĂ©sents dans les partitions de musique. On entre alors dans un autre univers, oĂč l’unitĂ© de mesure n’est ni le centimĂštre, ni les pouces, mais les espaces, une espace Ă©quivalent Ă  l’espace entre deux interlignes d’une portĂ©e : c’est donc une mesure relative, qui change en fonction de la taille des portĂ©es, et qui assure une harmonie visuelle Ă  la partition. Presque tout le reste est dĂ©terminĂ© en fonction de cette unitĂ© de mesure.

Henle, plaque de gravure musicale

Travaillant moi-mĂȘme rĂ©guliĂšrement Ă  la main pour Ă©crire mes manuscrits, j’ai remarquĂ© que j’avais dĂ©veloppĂ© au fil du temps des techniques similaires (mais bien moins poussĂ©es) Ă  celles dĂ©crites dans cet excellent ouvrage. C’est donc trĂšs utile de connaĂźtre les rĂšgles, et pour dĂ©velopper son Ɠil, tout copiste, compositeur, orchestrateur ou arrangeur devrait savoir d’abord prĂ©parer un manuscrit clair et harmonieux
 et cela Ă©viterait, pour le copiste qui doit passer derriĂšre, de trouver moins d’incongruitĂ©s dans les fichiers Finale qui lui sont livrĂ©s Ă  la base !

Car prĂ©parer une partition ou une partie sĂ©parĂ©e requiert de la planification : Combien de mesures sur telle pages ? Combien de systĂšmes ? OĂč placer les tournes ? Combien y aura-t-il de pages au final ? Quelle taille de papier ? Quelle taille de portĂ©es ? Etc.

Je me sers aussi de certaines de ces techniques quand je travaille sur ordinateur, en divisant d’abord le manuscrit en systĂšmes gravĂ©s, indiquĂ©s par des barres de mesures marquĂ©es en rouge sur la photocopie du manuscrit, les erreurs probables indiquĂ©es de façon proĂ©minente en rouge, et les points de question ou les Ă©lĂ©ments auxquels je dois prĂȘter davantage attention en bleu.

Henle, plaque de gravure musicale

L’ennui avec ce genre d’ouvrages, est que pour prĂ©parer une partition en respectant absolument toutes les rĂšgles et tous les dĂ©tails infimes prĂ©sents dans ces deux livres, surtout sur ordinateur oĂč l’utilisateur doit gĂ©nĂ©ralement se dĂ©battre avec les automatismes des logiciels, automatismes nĂ©anmoins bien pratiques par d’autres cĂŽtĂ©s, l’ennui est qu’il faudrait y passer sans doute presque autant de temps que pour graver, en miroir, une plaque de musique correspondant ! (environ huit heures pour une page de musique assez simple de piano, comme celle en photo ; imaginez pour une page d’orchestre !)

À chacun, dĂšs lors, de trouver son point d’équilibre, entre clartĂ©, esthĂ©tique voire beautĂ© artistique de la page de musique, et considĂ©rations pratiques telles que les dĂ©lais ou les modifications possibles Ă  venir


Elaine Gould va plus loin dans les notations particuliĂšres, et met Ă  jour certains Ă©lĂ©ments qui ont Ă©voluĂ© depuis, mais la majoritĂ© de l’ouvrage de Ted Ross peut ĂȘtre appliquĂ© de nos jours, bien qu’avec de nouvelles techniques et technologies. Pour bien comprendre les bases en dĂ©tails, je recommande mĂȘme de commencer par lire le livre de Ted Ross avant de lire celui d’Elaine Gould. Les deux sont trĂšs complĂ©mentaires mais celui de Ross aborde la partie historique qui fait dĂ©faut Ă  Behind Bars, en rĂ©vĂ©lant des procĂ©dĂ©s de prĂ©paration de partition que je ne soupçonnais mĂȘme pas !

Si la gravure musicale, art dĂ©sormais perdu, est le procĂ©dĂ© sans doute le plus connu, produisant, entre les mains d’un graveur expĂ©rimentĂ©, des rĂ©sultats d’une beautĂ© sans pareille, il existait aussi des procĂ©dĂ©s plus confidentiels. Vous pouvez ci-dessous regarder deux documentaires bien connus proposĂ©s par les Ă©ditions Henle, ainsi que l’explication du processus Halstan :

Pour ceux qui seraient curieux sur ce sujet, il est possible de se faire une idĂ©e de l’évolution des techniques de prĂ©paration de partitions sur le site Music Printing History